Le portail du réseau parisien de prise en charge du transsexualisme
Accueil

Aïdoïopoïèse ou "vaginoplastie" : les étapes

Le but de l’intervention est de transformer les organes génitaux masculins en organes génitaux féminins, en assurant à la fois les meilleures fonctions possibles (urinaire, mécanique sexuelle, sensibilité érogène), et l’apparence la plus naturelle possible (grandes et petites lèvres, clitoris, vestibule).

Si les principes de ce traitement sont consensuels, il existe toutefois plusieurs façons d’y parvenir en pratique.

Voici les grandes lignes de la technique qui est utilisée actuellement à l’hôpital Saint-Louis, et qui correspond à ce que font les grandes équipes internationales.

Incision cutanée avec lambeau périnéo-scrotal à pédicule postérieur

Résection du muscle bulbo-caverneux

Création de la cavité néo-vaginale entre le rectum et les voies urinaires.
Ce geste est le plus dangereux de l’opération.
Il permet d’aboutir à une cavité de 13 cm de long sur 3 cm de diamètre environ.
Ces dimensions dépendent évidemment beaucoup des conditions anatomiques de chaque cas.

Dissection de la peau pénienne et extériorisation du squelette de la verge par le périnée.

Dessin du néo-clitoris au dos du gland, et de son pédicule vasculo-nerveux (au dos de la verge).

Dissection du néo-clitoris et de son pédicule, avec ou sans l’albuginée dorsale des corps caverneux.

Séparation de l’urètre et des corps caverneux.

Séparation des corps caverneux entre eux.

Résection des corps caverneux au niveau du pubis, et suture de leurs moignons l’un à l’autre.

Résection du bulbe spongieux de l’urètre, pour éviter son bombement dans le vestibule du néo-vagin lors des excitations sexuelles.

Orchidectomie bilatérale, en sectionnant les cordons spermatiques au ras des orifices inguinaux superficiels.
L’analyse histologique des pièces d’exérèse est systématique.

Fixation du néo-clitoris aux moignons des corps caverneux, et de son pédicule vasculo-nerveux au-dessus du pubis.

Suture du lambeau périnéo-scrotal à la peau de la verge, et invagination de l’ensemble pour tapisser la cavité néo-vaginalle.

Lorsque la peau de la verge est insuffisante, elle est prolongée par une greffe de peau prélevée soit sur le scrotum (s’il a été préalablement  épilé au laser dans ce but) soit dans le pli inguinal.

Extériorisation du néo-clitoris et du méat urinaire, avec une plastie d’agrandissement systématique de ce dernier pour limiter son rétrécissement, qui est constant.
Il existe plusieurs variantes possibles pour cela, ainsi que pour l’extériorisation du clitoris (à travers la peau ou à travers la muqueuse urétrale conservée).

Résection de la peau scrotale excédentaire et suture des grandes lèvres.

Résection de la peau scrotale excédentaire et suture des grandes lèvres.

LIENS UTILES  |  CONTACT  |  Plan du site  |  Mentions légales